biographie


AUGUSTE le BRETON
Self made man
Romancier francais
Scénariste . Dialoguiste
Aventurier

1913 -1999 . REST IN PEACE.
BECAUSE I LIVE I RESIST.
BECAUSE I AM ALIVE I STRIDE.




Je suis un vagabond
J'ai grandi dans l'ordure et je ne pense pas qu'on puisse descendre plus bas.
Mais j'aime les grands espaces, la propreté, sous toutes ses formes.

Auguste le Breton

Enfance

Orphelin de guerre mais déterminé.
Prend son destin en main
en s'évadant continuellement,
ce qui le conduit
en maison de redressement,
puis au bagne pour enfants.

Les années 30

Sorti du bagne, il se retrouve
à la rue et tricard avec pour tout bagage
ce qu'on lui a enseigné et répété :
"vous êtes la lie de la société !"

Un seul univers s'ouvre à lui :
le gang des fortifs.

Sort du service militaire avec
un brevet d'observateur d'élite.
Exerce différents jobs :
terrassier, dépanneur d'ascenseurs...

Les années 40

Tient des parties de jeu dans des
"clandestins" : passe anglaise, poker...
un professionnel.

Lance de nouveaux termes comme "rififi".
Des expressions deviennent familères :
"le rouge est mis", "razzia sur la chnouf"...

Se rend à Londres : résistance.

Les années 50

Temps de l'écriture publiée et du cinéma...
Premier livre écrit : "Les hauts murs".
Ecrit sur des cahiers d'écolier puis sur des feuilles vertes, au stylo à plume, à l'encre bleue.
Corrige ses manuscrits à l'encre rouge.

Tête toujours occupée, papier, stylo l'accompagnent partout, prend des notes dès que l'idée surgit.
Utilise le langage de son enfance, celui de la rue :
l'argot, les mots codés inventés pour la complicité
et la connivence, le verlan.
Constructeur d'histoires visionnaires au niveau de l'intrigue. En le lisant, on voit pratiquement un film.
Scénariste - adaptateur et dialoguiste de films tirés de ses livres ou de ses scénarios.




Je ne peux pas inventer mes héros,
c'est de la chair et du sang.
Ils existent. Ils prennent des coups.
Ils souffrent.
Et pour décrire des gens,
il faut que je les pige.

Auguste le Breton

Les années 60

Explore les bas fonds du monde pour se mettre dans l'ambiance du pays et des faits divers.
Prend des notes, visite ses amis exilés,
sort une série de livres : "les rififi" où il apporte
la nouveauté et le dépaysement.

Accomplit des périples : partant des mines d'émeraudes
de Muzo et de Coscuez, il se dirige vers le Rio Meta et longe le fleuve aux abords peuplés de tribus indiennes jusqu'à l'embouchure de l'orénoque (janvier à mars 1969).

Obtient le copyright de son oeuvre et le mot "rififi" entre dans le Petit Robert.

Les années 70-80

Attaque une série de livres dits de gare :
l'As - Bontemps - Antigang.

Fait des reportages pour Paris match en Amérique du Sud.
Toujours épistolier : échange de nombreux courriers avec ses contemporains issus de divers milieux.

Toujours grand lecteur et amateur de films américains.

Continue à parcourir le monde.

Ecrit des livres-témoignages d'aventuriers :
"Les bourlingueurs", "Aventures sous les tropiques".
Ecrit des livres-documents :
"les pégriots", "2 sous d'amour"...

Les années 90

Plus que jamais, trace... la route.

Chevalier des Arts et des Lettres.

Dernier livre policier écrit :
"Le bedeau" - 1995.

Dernier grand voyage :
Brésil 1999.