1968 - bocaya, colombie
<<< retour à la liste des destinations




1968 - Mine d'émeraudes de Muzo en Colombie.

La cantine. En civil encadrant les deux policiers, les chauffaurs porte-flingue.
A ma droite, le lieutenant carabineros chargé par la banque de la République de nous épauler, José Beyaert et moi.

C'est lui qui défiera le pistolero qui allait me braquer avant l'arrivée aux mines.

devant la cantine de la mine de muzo

en route vers les mines



1968 - Mine d'émeraudes de Muzo en Colombie.

Déjà exploitées avant les conquistadors, férocement gardée, la mine justifie sa dangereuse réputation.
Lorsque la boue noire retombe dans la vallée, entraînant cailloux de graphite et pierres brutes, des milliers de guaqueros, de pauvres hères, se ruent pelle en main.

Ils vivent sous des abris précaires, mangent mal, soutenus par la fièvre verte. Six à sept d'entre eux y laissent chaque année leur peau. La violencia règne en ce lieu où les esmeralderos sont rois.

José Beyaert et moi avons été les premiers européens à y coucher. J'en ramènerai selon certains, mon meilleur livre d'aventures : "Rouges étaient les émeraudes.

à l'entrée de la mine de muzo

à l'entrée de la mine de muzo

à l'entrée de la mine de muzo

à l'entrée de la mine de muzo

la mine de coscuez

"ROUGES ETAIENT LES EMERAUDES"

Extrait - A. le Breton - 1971 - Editions Plon

A mesure que les mineros attardés approchaient de la veine où étincelaient d'éclats verdâtres et sombres l'extraordinaire pierre, les exclamations reprenaient, admiratives, émerveillées, cupides, relançant les estimations.
- Cinq mille kilates au moins, remarquait l'un.
- Dix mille, s'enthousiasmait un autre.
- Des millions de pesos, s'extasiait un troisième, la gorge comme serrée dans un étau.
- De dolarès, oui tu veux dire, rectifiait un quatrième encore plus optimiste. Des millions de dolarès, hombre. Je te parie deux pesos.
-tenu, balbutia le troisème minero, qui n'en possédait pas un en poche.
Insesiblement, s'enhardissant, tous avançaient encore et leur cercle se rétrécissait autour de la pierre verte. Une rumeur sourde, mal contenue s'élevait, les convoitises s'échauffaient.

rouges étaient les émeraudes

Notes de voyage
Mines d'émeraudes dans le Boyaca - à 220km de Bogota.

1ère mine : Coscuz, où nous allons d'abord. 2ème : Muzo, la plus grande du monde. Route défoncée très souvent, à flanc des Andes. Décor gigantesque. Grandiose. Bien souvent une Normandie verte, plantureuse mais à flanc de mont au lieu d'être plate. Les vaches ont les flancs lourds, bien nourris. Il pleut souvent : de l'herbe drue. Pneus crevaison. Radiateur chauffe. Poussières. Les yeux parfois portent à 40km. Monts se chevauchent. A San Martin, halte avant la mine. Un café en planches, bord de route et c'est tout. Un camion décharge. Des gens errent. Un jeune drogué, flingue au côté. A l'intérieur, épicerie, caisses de Mastobon, Cerveza (bière). Hommes rudes, farouches, boivent ou restent les yeux dans le vide. Tenues disparates. Le lieutenant carabinero, s'en prend au drogué.

Suite des notes...