1969 - périple en colombie
<<< retour à la liste des destinations

de bogota à l'embouchure de l'orénoque




Zipaquirá, à 50km de Bogotá.
Mine de sel : grandiose. Féérique, d’un autre temps. Sensation d'un autre monde. Génial en période de messe ça doit être à pleurer de bonté.
Quand on songe que les Indiens ont creusé cette cathédrale de sel gemme. Ces voûtes, ces galeries... à la main.

La route pour y aller, fait songer par ses bêtes, à la France : verdure, calme des campagnes normandes.

Le village typique avec sa place espagnole, ses maisons basses, ses indiens amoureux. Femme indienne sous ombrelle, assise près du novio, aide, guéri.
Carabineros habillés de vert, chapeau à la Transvaal, traquent les guérilleros, caïds bénéfiques du pueblo.

en route pour le pays des llaneros





Villavicencio.
Après, route à flanc des Andes, longue, bordant précipices. Site grandiose. Dix kilomètres de route non goudronnée, poussière, cahots.
Ville contrastée, terres chaudes. Couleur (Rio). Filles jambes plus longues non écourtées par altitude. Vivent dans la rue, musique, nonchalance, mendicité, rires, mini-jupes. Café, épiceries, peaux de fauves et serpents en montre. Couteaux, machettes, fouets, selles, lassos cuir, étriers profonds en métal. Sombreros paille noir et blanc du cru. Stetson US. Ruanas. Ceintures. Armes pas difficile à trouver. Couteaux. Colliers.




A 12 km de route poudreuse,
la Finca (la ferme) : 8oo hectares.

600 têtes bœufs, zébus, pesant de 5 à 800 kg.
Souvent dangereux. Résistent mieux à la maladie
que les Normandes, Charolaises...

Vastes prés cernés de barbelés, comme partout.

llanos colombiens. au fond, troupeau de zébus

pont sur le río meta





Les Llanos

Llaneros : cavaliers (se dit yaneiros).

Loi des llaneros :
celui pris à voler et dépecer du bétail peut être tué sur place.
Valable pour toute la Colombie.


Antoquia : duel au rasoir.
Les deux tiennent chacun un bout de mouchoir, se battent à mort.
Il ne faut pas lâcher celui-ci sous peine d'être traité de lâche.

puerto lopez au bord du río meta

vieil indien qui ne connaît pas son âge

puerto lopez, le bar-restaurant

puerto lopez, le bar-restaurant





Puerto Lopez. Au bord du Río Meta.

De dos, deuxième en partant de la droite, José Beayert,
mon homme de barre, ancien champion olympique sur route.

J’attends d’embarquer pour remonter le chemin jadis suivi par
les bagnards français en cavale de Cayenne.

avant d'embarquer avec José Beayert...

... pour remonter le río meta

indienne motilonès sur le río meta

indienne motilonès sur le río meta





Llanos colombiens.

Accroupi, mon vieux Georges le français,
une figure là-bas qui a fait honneur à la France.

avec mon vieux georges