1984 - la jungle du darien
<<< retour à la liste des destinations

du canal de panama à yaviza, dans le darien

canal de panama

canal de panama

marché à panama

marché à panama

marché à panama

marché à panama




Panama à Chepo route valable.
Ensuite vers El Llano, Canita, route empierrée.
Il faut jeep ou camion..

en route vers puerto coquiro


Route de Chepo à Puerto Coquiro qui donne sur le Rio Bayano. Barques, pirogues creusées dans des troncs d'arbres, large place avant. Sur la droite la selva. Gauche les habitations de pêcheurs. Vieux ridé, malin, lunettes, casquette rouge u.s... Sa femme, jolie, noire, rieuse.

Bodega verdâtre. Tabourets, bar en simili bois. Arbustes. Une cabine téléphonique. Hé oui ! Puis des hommes désœuvrés. Une machine à disque : 20 cents. Bateaux de pêche. Des singes noirs pris au Darien en cage. A côté 1 perroquet vert, muet.


San Isidro. Les rives sont la forêt vierge. Parfois un cabri, un cheval... oiseaux, rapaces, merles marrons, pélicans... À une heure du Rio, large de 1000 2000 mètres, une tribu indienne pueblo.


Prénom de la petite indienne Nilka. Sa tribu est Veraguano, venue du nord de Panama. Mère et grand-mère adorables. Je donne un dollar pour l'enfant. La mère, quand nous revenons à la pirogue me tend 3 oranges, 1 pour chacun de nous.

puerto coquiro

puerto coquiro

puerto coquiro


Le rio Bayano est rapide, coudé, souvent troncs d'arbres dangereux. Beaucoup d'oiseaux sur ces branches, figés, immobiles, curieux dans le décor.

sur le rio bayano

sur le rio bayano

A San Isidro, beaucoup de chevaux maigres, efflanqués, petits, ceux du Sud-Amérique, mais résistants. Nulle route n'y vient. Seuls les chevaux et le Rio pour s'y rendre. Sorte de bâtisse sur pilotis formant office d'église. Le père à 10 heures doit dire la messe. Il vient pour, exprès.

Après Canita on roule, route qui se rétrécie. La selva autour/ Parfois la route s'enfonce tel un coin entre 2 pans des Andes, comme découpée à la scie. Terre rougeâtre rappelant l'Amazonie, Brasilia, Belo Horizonte.

Avant le pont qui coupe l'extraordinaire lac Bayano, on tombe sur des Indiens Kuna. Paillottes. Toits faits de feuilles de palmiers séchées. Race ne se mélangeant pas. Parlant peu. Refusant photos. Décor superbe, vu du pont en métal pas encore peint. Rudimentaire. Là s'arrêtent les fils électriques et poteaux.

rencontre avec des indiens kuna avant le lac bayano

village indiens kuna

indiens kuna

indiens kuna

indiens kuna

indiens kuna

village indiens kuna

Au-delà commence le terrible Darien, quasi inviolé, qui donne sur la Colombie, elle aussi inviolée de ce côté. De Canita à Canazas 80 km environ de route impossible. Route pas mauvaise de Canazas à Santa Fé. Là un poste de guardia nationale. Hommes efficaces en kaki, couvrant le territoire.

poste de garde de santa fé

Route vers Meteti, puis à 15km de là, route dans la jungle, bonne mais en pleine brousse. Terre jaune, pluies tropicales, boues. Sûrement impraticable. Ensuite sur Meteti, 50 km en pire. Puis de là sur Yaviza, quasi l’inconnu. Route en pointillé sur la carte.

Yaviza. Des millénaires bouleversés, taillés au bulldozer. Rudement. Monstrueux troncs d'arbres abattus par la foudre. Terrains défoncés au bulldozer, montagne de terre de chaque côté avec végétaux pourrissants, formés depuis des siècles. Travail titanesque, bien fait. Equipes de noirs et panaméens, indiens.

Carbets dans la jungle, très rudimentaires, suivent l'avance des broussards. Sans pilotis. Manger et dormir très succins. Impression de viol des siècles. Luxuriance de la végétation. Lianes, arbres de toutes tailles, enchevêtrés, de toutes couleurs.

Là, il y a peu, les fauves étaient rois. Ils ne reviennent qu'à la nuit pour boire dans des sortes de pièces d'eau boueuse qui longent l'éclatement causé par les bulldozers. Ceux-ci de teinte rouge brique semblent colossaux, insolites dans ce coin perdu du monde ... et pourtant, les hommes gagneront.

Au détriment de la beauté, du silence, de la pureté de l'air. Ainsi que toujours. Et les fauves 1 fois encore vont reculer devant le bruit et la fureur, la démolition. A Yaviza stoppe la ruée. Pour le moment. Là le décor est réellement impressionnant, fabuleux, gigantesque.

Les rares ouvriers et ces machines dressées dans cette demi-pénombre de la selva... là où depuis 1000 ans, nul n'était venu... Etais jusque-là le vendredi 27 janvier 1984. Toutes les routes menant à ces travaux sont, comme à Chepo et à Canita, verrouillées par services guardias nationales ou policiers.

Leur poste est signalé sur la route par 1 panneau : ALTO. Ils font signe ou non de passer. Pour le roman, on peut présumer que prévenus ils établiraient des barrages.

yaviza, route pan america en construction

yaviza, route pan america en construction

yaviza, route pan america en construction

yaviza, dans la jungle du darien

yaviza, route pan america en construction

yaviza, route pan america en construction

Retour vers panama. Mer Caraîbe Puerto Obaldia. Plus haut, à la hauteur du lac Bayano sur la Mer Caraîbe : Playon Chico.

rodéo sur la route du retour

rodéo sur la route du retour

rodéo sur la route du retour

rodéo sur la route du retour

rodéo sur la route du retour

rodéo sur la route du retour

Darien (côté Colombie) - Le capitaine Ospinanayas l'a traversé par le Choco (pirogue). A traversé du Pacifique à l'Atlantique. Les pirates du 16ème siècle avaient trouvé le passage, y allaient en bateaux à voile qu'ils faisaient tracter par des pirogues et rameurs.

Allaient de l'Atlantique au Pacifique et vice versa, à travers la terrible jungle. Le passage n'a pas été découvert à ce jour. 4 français l'ont traversé, le Darien, à la machette pour rejoindre Panama et De Gaulle. Deux sont morts.

La Transamerica -Partant de l'Argentine-Brésil-Chili-Pérou par la Transamazonienne (qui rejoindra par connexion la Transamerica.

Cette route fabuleuse qui par la Colombie ensuite-Panama et l'Amérique Centrale et les USA s'achèvera au Canada. Elle devrait apporter une aide économique au Sud-Amérique. La Colombie elle, son projet avance : Bogota-Medellin et le terrible Darien, puis Panama.